Retour aux résultats de recherche

Votre sélection

Vous n'avez pas sélectionné de conférencier.

Paul Ariès

Paul Ariès

Politologue et Intellectuel de référence sur la décroissance et l'écologie politique
Langue : Français

  • Catégories

  • Administration, Gestion & Politique
  • Arts & Culture
  • Communication & Relations Publiques
    • Problèmes mondiaux
  • Economie & Finances
    • Mondialisation
  • Homme & Société
  • Management
  • Types d'événements

  • Conférence
  • Sujet

  • Ecologie politique
  • Croissance/décroissance, écologie des pauvres
  • Question des rapports au temps (ralentissement), à l'espace (relocalisation), à la nature
  • Nouveaux modes de management
  • Situation de l'enfance
  • Le système publicitaire
  • Obsolescence programmée

Paul Ariès assume ses deux casquettes, celle du politologue spécialiste de la mondialisation et celle du citoyen engagé. Ancien universitaire, longtemps investi dans le champ des relations Nord/SUD, il a été Président pour la France du Centre-Europe-Tiers-Monde (ONG habilitée au sein de la commission des droits de l'homme de l'ONU) et a longtemps travaillé aux côtés de la Mission interministérielle de lutte contre les sectes (MILS).

Après avoir étudié la question de l'enfance, auteur

En savoir plus

Paul Ariès assume ses deux casquettes, celle du politologue spécialiste de la mondialisation et celle du citoyen engagé. Ancien universitaire, longtemps investi dans le champ des relations Nord/SUD, il a été Président pour la France du Centre-Europe-Tiers-Monde (ONG habilitée au sein de la commission des droits de l'homme de l'ONU) et a longtemps travaillé aux côtés de la Mission interministérielle de lutte contre les sectes (MILS).

Après avoir étudié la question de l'enfance, auteur notamment de la notice "Les nouveaux droits de l'enfant" à l'Encyclopédie Universalis, il est devenu l'un des théoriciens du mouvement dit de la décroissance. Il se définit aujourd'hui comme "Objecteur de croissance amoureux du Bien vivre".

Ses travaux portent sur les nouveaux modes de management, la question de l'alimentation (prix littéraire de l'Académie de Cuisine) et sur l'écologie des pauvres versus l'écologie des riches.

Il est également organisateur de nombreux forums nationaux ou mondiaux sur le ralentissement, la démondialisation, la gratuité des services essentiels, la désobéissance citoyenne et la pauvreté en partenariat avec Emmaüs-Lescar-Pau (juillet 2012).

Intervenant au sein d'un organisme de formations d'élus, il dirige un bimestriel, "La vie est à nous !" et une revue théorique internationale "les Z'indigné(e)s", en plus d'être auteur d'une quarantaine d'ouvrages.

Revenir à la version courte
Cover van Le socialisme gourmand, Les empêcheurs de penser en rond, La Découverte, 2012

Le socialisme gourmand, Les empêcheurs de penser en rond, La Découverte, 2012

Commander

Pour Paul Ariès, la gauche est responsable de ses impasses. Elle a choisi de sacrifier les bourses du travail, le mouvement coopératif ; elle n’a pas voulu mener la lutte des classes dans le domaine des modes de vie ; elle a choisi d’intégrer les milieux populaires dans la nouvelle économie matérielle et psychique du capitalisme. Elle n’a rien compris à l’antiproductivisme et aux conséquences des luttes écologiques. 

L’auteur propose de multiplier les expérimentations individuelles, collectives, institutionnelles, de réinventer un syndicalisme à bases multiples, un socialisme municipal, une économie solidaire et sociale. Il en appelle à une gauche maquisarde, rebelle, buissonnière qui sache faire école, pour investir les marges mais aussi d’ouvrir des zones extérieures au-dedans du système. Il en appelle à favoriser les dynamiques de décrochage, les actes de « désadhésion ».

Cover van Décroissance ou récession, la décroissance vue de gauche, Parangon, 2012

Décroissance ou récession, la décroissance vue de gauche, Parangon, 2012

Commander

La décroissance n'est pas la récession économique avec son cortège de misères sociales et psychiques. La crise actuelle est l'enfant des amoureux de la croissance et rien ne serait plus grave qu'elle fasse oublier la nécessité de sortir du productivisme. Rien ne serait plus grave que la décroissance soit absente du débat politique. Rien ne serait plus grave que des forces réactionnaires politiques ou religieuses s'en emparent. La décroissance ne peut être que de gauche, sauf à perdre son âme émancipatrice. L'objection de croissance est la seule chance pour les gauches de renouer avec un projet émancipateur.

A propos de l'élection du Pape François
A propos de l'élection du Pape François